Le porte-à-porte, un des dispositifs pour sensibiliser au tri

Comment encourager les ménages à trier leurs déchets alimentaires ? Cette préoccupation majeure pour le Syctom trouve sa réponse dans des actions de sensibilisation au plus près des habitants. Retour sur une démarche de porte-à-porte à grande échelle dans le 19e arrondissement de Paris. 

Collecter les déchets alimentaires nécessite de changer les gestes de tri au quotidien. Entre les idées reçues et le poids des habitudes, il est essentiel de mobiliser le public autour de ce nouveau geste environnemental. Et pour cause ! L’obligation de tri à la source des biodéchets se rapproche à grands pas, d’ici au 1er janvier 2024.
Pour inciter les habitants à franchir le cap de ce changement, le Syctom accompagne ses collectivités adhérentes en proposant un dispositif de sensibilisation en porte-à-porte. L’enjeu est d’aller à la rencontre des citoyens à leur domicile pour les sensibiliser à la démarche et leur distribuer le matériel nécessaire au tri et à la collecte de leurs déchets alimentaires. Après le quartier des Bas-Pays à Romainville, le quartier Monmousseau-Vérollot à Ivry-sur-Seine, Marnes-la-Coquette et Ville-d’Avray, ainsi que le 2e et le 12e arrondissements de Paris, c’est au tour des habitants du 19e d’être concernés par cette sensibilisation à grande échelle, depuis le début du mois d’octobre.

La préparation prime l’action

Pour toucher les plus de 85 000 foyers de cet arrondissement qui auront été dotés en bacs de tri des déchets alimentaires, le Syctom a travaillé en lien étroit avec la Ville de Paris. Une première étape a concerné la formation, organisée par la Ville de Paris, de 70 agents de sensibilisation chargés d’aller à la rencontre des ménages. Des éco-animateurs, tous membres d’associations et d’entreprises spécialisées désignées par le Syctom, de jeunes volontaires du Service civique et des éboueurs de la Ville de Paris ont bénéficié d’une formation à la communication pour bien appréhender les messages de sensibilisation à diffuser aux habitants. Ce travail préparatoire s’est traduit également par une forte mobilisation des bailleurs, gardiens d’immeuble, prestataires chargés de la sortie des bacs des halls d’immeuble et habitants volontaires en amont de l’opération. En effet, tous sont concernés par cette action de sensibilisation, mais aussi par la mise en œuvre effective de cette nouvelle collecte.

Une organisation bien orchestrée

Puis, la démarche s’est poursuivie sur le terrain selon une organisation rodée. Des affiches sont apposées dans les halls d’immeuble par le personnel de la Ville de Paris annonçant le passage des animateurs. Quelques jours plus tard, par petites équipes, ces derniers effectuent leur tournée, immeuble par immeuble. Chaque habitant présent se voit remettre un kit de tri comprenant un bioseau pour jeter ses déchets alimentaires et deux rouleaux de sacs transparents biodégradables. L’agent de sensibilisation détaille à l’habitant les déchets concernés, les bons gestes à appliquer, les conseils pratiques pour faciliter la collecte, et également, car c’est important, le devenir des déchets alimentaires. Pour aider à la compréhension des messages, l’éco-animateur dispose d’une tablette  qui présente de façon illustrée ses différentes informations. Sensibles aux questions environnementales et au bien-fondé de la démarche, les habitants réservent généralement un bon accueil aux animateurs et le dialogue s’installe rapidement. Parmi les préoccupations, les questions de propreté et d’odeur appellent des solutions pratiques très simples qui leur sont précisées. Toutes les informations évoquées lors des échanges sont reprises dans un guide et un mémo tri remis également à chaque habitant, accompagnées des coordonnées de la Division Propreté de la Ville de Paris.
En cas d’absence de l’habitant, le kit est déposé devant sa porte d’entrée ou remis au gardien de l’immeuble.

Un premier bilan positif

La majorité des foyers accueille favorablement cette nouvelle collecte et s’engage à appliquer ce nouveau geste de tri au quotidien. Toutefois, le véritable indicateur de la réussite de cette démarche reste le volume de déchets collectés. Dans le 19e  arrondissement de Paris, comme dans les autres territoires, les premiers chiffres communiqués sont encourageants, avec 127,65 tonnes de déchets alimentaires collectés en deux mois, depuis le début du mois d’octobre.*
Toutefois, pour maintenir ce ratio sur la durée, le dispositif en porte-à-porte n’est pas suffisant. C’est pourquoi le Syctom encourage les collectivités à mener des actions de proximité, qui peuvent prendre la forme d’animations en pied d’immeuble ou lors d’événements locaux. Une communication régulière sur leurs différents supports municipaux, comme le bulletin municipal, l’affichage, le site Internet, les réseaux sociaux est également essentielle pour sensibiliser les ménages et favoriser les gestes du tri. Dans son rôle d’accompagnement, le Syctom se tient à la disposition des collectivités adhérentes pour mener une réflexion et aider à la mise en œuvre d’actions de sensibilisation, notamment par le versement de subventions et la mise à disposition d’éco-animateurs.

*Chiffre au 4 décembre 2019

Publié le 10 décembre 2019

Partagez l’article :

ARTICLES
SUGGÉRÉS

Le porte-à-porte, un des dispositifs pour sensibiliser au tri

| Les actus Syctom, Paris, Paris, Tous les EPT | Aucun commentaire
Comment encourager les ménages à trier leurs déchets alimentaires ? Cette préoccupation majeure pour le Syctom trouve sa réponse dans des actions de sensibilisation au plus près des habitants. Retour sur…

Déchets alimentaires : quel devenir après leur collecte ?

| Actus, Les actus Syctom | Aucun commentaire
Que deviennent les déchets alimentaires après avoir été triés et collectés auprès des restaurants collectifs, des marchés alimentaires ou des ménages ? Valorisés dans deux filières bien distinctes, ils contribuent…

Le tri et la collecte dans les restaurants scolaires : tous concernés

| Actus, Les actus Syctom | Aucun commentaire
Dans les restaurants scolaires engagés dans le tri et la collecte des déchets alimentaires, toutes les énergies sont mobilisées, des enfants jusqu’aux enseignants, en passant par le personnel des cantines…

Une question de vocabulaire

| Actus, Les actus Syctom | Aucun commentaire
Si la réglementation mentionne les biodéchets, le Syctom utilise principalement l'expression "déchets alimentaires". Pourquoi ? En 2024, selon la réglementation européenne, tout producteur ménager et non ménager devra disposer d'une…